Candidature spontanée – Hélène Chrétien (RSA le Rubis) et Monique Lucchino (Randstad)

Ce lundi 5 octobre, Hélène Chrétien, responsable RH dans l’entreprise R.S.A. Le Rubis à Jarrie, un des principaux producteurs de monocristaux en saphir, rubis et spinelles, a partagé avec nous son expérience de candidature spontanée dans ses propres recherches d’emploi. En binôme avec Madame Monique Lucchino, consultante de l’entreprise Randstad Pôle industrie  à Seyssinet-Pariset, les deux expertes en recrutement nous ont donné quelques conseils pour nos candidatures spontanées.

Hélène Chrétien nous a présenté ses expériences antérieures ; elle a travaillé dans la mise en place du D.I.F. et en tant que consultante dans un cabinet de recrutement, prenant en charge les bilans de compétences, out-placement et bien sûr les CV et lettres de motivation.

Le premier conseil que nous ont donné mesdames Hélène Chrétien et Monique Lucchino est de relancer l’entreprise cible par téléphone de façon systématique, suite à une candidature spontanée. Toutefois, cette relance doit être effectuée 15j/3 semaines après l’envoi, délai d’attente impératif à respecter pour donner le temps au recruteur d’étudier la candidature et peut-être créer le besoin de recrutement, surtout dans les PME/ ETI.

Avant tout envoi, il est nécessaire de cibler la bonne personne de l’équipe R.H., surtout dans les  entreprises de taille importante. Dans ce cas, il est utile de solliciter son réseau.

Une fois l’entreprise ciblée, il faut définir l’intitulé du poste recherché et les tâches à réaliser dans le poste, en démontrant à travers son CV que notre profil correspond. Le CV devra  être bien structuré et faire ressortir les points importants : Il doit retenir l’attention en 3 minutes grand maximum. Il est important de recentrer le contenu par rapport à la taille de l’entreprise ! Les PME recherchent souvent des profils relativement polyvalents !

La lettre de motivation respecte la trame classique : le premier pavé (VOUS) concerne en général une courte description de l’entreprise, qui sert d’accroche ! Ensuite dans le deuxième pavé (MOI) il faut parler de soi même, faire correspondre notre expérience aux activités de l’entreprise cible, pourquoi pas utiliser de l’humour pour se démarquer ! Cela permet de sortir des carcans habituels. Attention toutefois, la lettre de motivation doit nous correspondre.

Enfin, le dernier pavé (NOUS) doit montrer ce que je peux apporter à l’entreprise, quelle est la valeur ajoutée à m’embaucher.

Dans la lettre, il faut éviter les formules du type : « en espérant que… » ou encore « je souhaiterais… » car il faut avant tout montrer qu’on est sûr de soi, et rester affirmatif avec des phrases commençant par : « Je correspond à vos critères… », « Je ferais… » ou encore « Je sais… ».

Dernier conseil à retenir : Il est préférable de mettre la lettre en pièce jointe au lieu d’écrire dans le corps du mail, car beaucoup de recruteurs impriment encore les pièces jointes… et oublient le mail.

Par David Piersantelli

Margot Matysiak

Chef du Pôle Réseau à Actif Réseau, recherche un nouveau challenge professionnel, avec des missions variées et polyvalentes dans le domaine du marketing / communication / commercial. Margot s'intéresse fortement à l'entreprenariat, le mécénat pour construire des partenariats durables et porteurs de valeurs. Fort intérêt pour la transformation digitale et la présence des entreprises sur les réseaux sociaux et le web en général. Vous pouvez suivre Margot et ses trouvailles sur ces thématiques sur Twitter!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer le menu